Vous êtes ici

Une BD lance le débat sur le web

La «charge mentale» : le poids de la responsabilité pour les mères

Une bande dessinée engagée et féministe

Emma, blogueuse et dessinatrice de 36 ans fait parler d'elle. Un autre regard, publié le 9 mai dernier a rapidement attiré les médias. Composée de 7 histoires, cette bande dessinée a fait le buzz sur les réseaux sociaux, s'emparant rapidement du phénomène et plus précisément d'une histoire : "Fallait demander". Disponible gratuitement sur la page Facebook de l'auteure en français et en anglais, la "charge mentale", son sujet de base, a fait sensation. Partagée plus de 200.000 fois sur Facebook, son album a eu un vif succès en un temps record. L'auteure dénonce, à travers des dessins et des mots légers, mais engagés, une inégalité et une mauvaise répartition des tâches entre l'homme et la femme au sein d'un foyer. Emma reprend en illustrant des scènes de la vie quotidienne où les femmes accomplissent différentes tâches ménagères. Lorsqu'elles sont dans l'incapacité d'accomplir une tâche, la seule réponse légitime du conjoint est "fallait demander", d'où le titre.

Mythe ou réalité, ce concept a pourtant fait réagir plus d'un internaute. Cette bande dessinée a engendré de nombreuses manifestations de la part de femmes mais aussi de mères de famille. Aujourd'hui nous parlons d'un phénomène social universel, qui touche 1 famille sur 2. Remis au goût du jour et modernisé grâce à la blogueuse, ce sujet avait pourtant déjà fait couler beaucoup d'encre. Des spécialistes comme Monique Haicault dans les années 1980-90 avaient déjà partagé explications et recommandations.

La charge mentale, des maux de femmes?

La "charge mentale" concerne le fait de penser à tout, et surtout lorsque l'on a des enfants. Plus exactement, c'est le fait de se préoccuper quotidiennement des tâches ménagères, domestiques et éducatives, même lorsque ce n'est pas nécessaire. C'est un travail permanent et invisible. Le cerveau est constamment éveillé et en action. Nombreux hommes et femmes en souffrent, mais ne s'en rendent pas forcément compte ou ne connaissent pas ce concept. Dans plus de 80% des cas, la femme est généralement la cheffe du projet qui gère la gestion de la maison comme le dit Emma. Le mari est alors l'exécutant, qui accomplit les tâches demandées par sa femme. La responsabilité des tâches est alors entièrement dédiée aux femmes.

De vives réactions sur le sujet

Les commentaires et partages ont été nombreux sur Facebook. Les réactions se sont rapidement faites entendre. De manière générale, deux discours s'opposent: l'ancienne génération et la nouvelle. Sur la page Facebook de l'auteure, les témoignages et les opinions personnelles se bousculent.

Gigi, « Un homme ça s'éduque »

Pour certaines personnes, le rôle de la femme est essentiel au sein du foyer, et doit obligatoirement donner des directives à son mari.

Joselyne, « Nous avons peu avancée en un demi siècle »

Joselyne, maman depuis de nombreuses années, démontre à quels points les inégalités sont encore profondément ancrées. Déjà à son époque, il était difficile pour une femme d'entendre raison sur le sujet des tâches au quotidien.

Sabine, « Je n'ai pas su nommer ce que je ressentais »

Chez certaines femmes, la souffrance et le poids de la responsabilité accompagnent leur quotidien. Grâce à la bande dessinée d'Emma, de nombreuses mères ont pris conscience de leur situation. Ce qui explique les nombreuses réactions qui relancent le débat sur la place des pères.

Le père dans cette histoire : absent volontairement ou exclu du cocon familial ?

Le pater familias a longtemps été perçu comme l'homme travaillant et ramenant l'argent au sein du foyer. Depuis des siècles donc, le rôle du père se distingue clairement de celui de la mère, considérée généralement comme femme au foyer, dépendante de son mari. Depuis la fin du XXe siècle, ces stéréotypes ont progressivement évolué, laissant une place plus équitable au père de famille. Mais que signifie aujourd'hui être père ? Est-ce si facile de s'impliquer dans une vie familiale ? Pour certains pères, leur rôle ne se limite qu'à l'accomplissement de certaines tâches. Mais est-ce remarqué au sein du foyer ? Comment trouver alors un équilibre ?

Dans certains cas, il existe certains types de situations qui rendent difficile, voir impossible au père de réaliser son rôle:

  • certains pères n'ont pas la fibre paternelle et délèguent ce rôle à leur femme.
  • d'autres voient leur rôle complètement effacé, causé par la surpossession de la mère sur l'enfant.

Au sein de certains foyers, la "charge mentale" peut être paternelle. Mais cette situation est plus rare.

Burn-out, dépression, divorce... la charge est trop lourde !

Si la "charge mentale" est trop difficile à supporter, certains couples et certains parents peuvent succomber à la fatigue, la dépression, voire le burn-out (> lire notre article : Burn-out parental: accepter ses limites pour ne pas s'épuiser). Cette "charge mentale", épuisante, encerclant le parent "responsable", dans un cycle sans fin. Cette situation est d'autant plus difficile dans le cas de parents divorcés qui se sentent souvent isolés et pour lesquels la charge mentale est encore plus lourde à supporter. 

Des solutions simples pour une meilleure organisation des tâches

Certaines actions au quotidien peuvent aider de nombreuses personnes à se sentir moins oppressées par cette "charge mentale". Des solutions simples pourront aider certains parents:

  • se dire intérieurement qu'un mauvais parent n'existe pas. Il est simplement impossible de penser à tout !
  • les stéréotypes homme / femme, père / mère sont à bannir : chacun joue un rôle crucial au sein de la famille. Il n'y a ni fort, ni faible, mais une harmonie familiale.
  • éduquer son enfant loin des clichés : plus l'éducation de l'enfant est loin des stéréotypes de base, plus il trouvera un avenir équitable.
  • trouver une organisation et une bonne répartition des tâches: un juste équilibre permettra à chacun d'avoir ses responsabilités.
  • privilégier le dialogue avec son ou sa conjoint(e) : les mots ont souvent plus d'impacts que le silence.
  • se faire aider : en couple ou seul, n'hésitez pas à demander de l'aide. Ne restez pas isolés.
Rédactrice et community manager, spécialisée dans le parenting. ...
Partagez cet article